Du sang sur des mains de givre

NoelsNouvelle parue dans l’anthologie « Noëls d’hier et de demain » aux éditions Argemmios, novembre 2013

Rééditée en numérique aux éditions Mythologica, novembre 2015

Rééditée dans le recueil « Et tu la nommeras Kiev » aux éditions Nestiveqnen, septembre 2018

Dans une petite maison de bois, au cœur des forêts de la région de Veliki Oustioug, vit le Père Gel. Tous les enfants russes adorent ce vieil homme qui, à chaque Noël, vient leur apporter les cadeaux qu’ils lui ont commandés… Mais seule sa petite-fille Snegourochka connaît son vrai visage : celui d’un individu alcoolique et violent, qui prend plaisir à la frapper et à l’humilier…

Au début de l’année 2008, tandis que j’entamais la rédaction de mon roman « Nadejda », j’ai exploré un autre versant des légendes russes avec cette nouvelle basée sur Ded Moroz, un équivalent slave de notre Père Noël, et Snegourochka, la fille de neige. Comme dans « Vassilissa et le Cavalier de l’Aube », j’ai repris des personnages emblématiques des contes, connus de tous les Russes, pour leur offrir un destin bien moins heureux… en poussant encore plus loin la cruauté pour la malheureuse Snegourochka qui n’en demandait sans doute pas tant ! On peut également rapprocher « Du sang sur des mains de givre » du « Blues de Zwarte Piet » écrit près de six ans plus tard : on y découvre la triste réalité vécue par les personnages folkloriques des fêtes de fin d’année, derrière les sourires de circonstance… Au vu des réactions suscitées par cette nouvelle, j’ai peut-être touché les limites de ma démarche : certains lecteurs semblent être passés à côté car ils ne connaissaient rien du mythe ici réécrit, tout simplement.

L’anthologie « Noëls d’hier et de demain » dirigée par Pierre-Alexandre Sicart est parue peu de temps avant la disparition des éditions Argemmios et n’a donc peut-être pas connu le succès que sa bonne qualité globale aurait dû lui valoir. La plupart des nouvelles publiées par Argemmios, dont celle-ci, ont ensuite été disponibles en numérique aux éditions Mythologica… lesquelles ont à leur tour disparu depuis.

Avis de lecteurs…

Une sombre nouvelle qui sous les traits de Ded Moroz nous donne une belle allégorie de l’ex-URSS… (Cornwall)

Récit plus pessimiste, il n’aurait pas dénoté dans un recueil noir. Il est sombre, cruel et met fin au rêve… (Dawn)

Olivier Boile nous y emmène en Russie quand le vieux Père Gel la parcourait en compagnie de Snegourochka, sa sorcière de petite-fille… (Hélène Marchetto)

On appréciera cependant le changement de décor et la découverte de cette jeune fille des neiges issue du folklore russe, malgré son cœur plein de haine… (Lullaby)

Une nouvelle assez dure, qui m’a moins parlée que les précédentes, mais a le mérite de m’avoir fait découvrir Ded Moroz, un Père Nöel laïcisé en URSS… (Lune)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s