Fermeture jusqu’à nouvel ordre

Je n’avais pas forcément prévu de me fendre d’un communiqué (que cette formulation fait sérieux !) si peu de temps après celui datant d’avril, mais les circonstances m’y obligent.

On va commencer par ce qui entrera dans la case des bonnes nouvelles, si l’on part du principe que la plupart des gens passant en ces lieux se réjouissent de l’avancée de mes projets d’écriture et de publication : après la longue panne que j’évoquais précédemment, il se trouve que la machine redémarre petit à petit. Finalement je ne suis peut-être pas « trop vieux pour ces conneries »… On n’atteint pas encore les rythmes d’écriture d’autrefois, mais mon roman grec avance enfin un peu. En outre, depuis l’article d’avril, j’ai envoyé deux nouvelles pour deux appels à textes différents, lancés par de jeunes structures éditoriales que je découvre pour l’occasion. Si cela ne signifie évidemment pas la certitude de futures publications, mine de rien ces simples envois de bouteilles à la mer ont quelque chose de satisfaisant.

La mauvaise nouvelle, qui me pousse à écrire aujourd’hui un article avec le mot « Fermeture » dans son titre, est que mes « problèmes personnels » sont loin d’être réglés, et qu’on en est désormais arrivé à un stade où une news postée sur ce site peut servir de pièce à conviction dans une procédure judiciaire (non, ce n’est malheureusement pas une blague). Je pourrais me sentir flatté que des personnes ayant toujours témoigné du mépris pour ma carrière littéraire prennent le temps d’éplucher ce site pour y trouver des os à ronger. Mais par précaution, mieux vaut s’en tenir à un black-out tant que la situation sera ce qu’elle est, sachant que tout ce que je pourrai faire / dire / écrire sera réutilisé contre moi.

(J’ai bien conscience que cet ultime post ne fera pas exception. Tant pis.)

Autrement dit, je ne supprime pas le site, il restera accessible normalement, en revanche il ne sera plus alimenté jusqu’à nouvel ordre. Si parmi mes fidèles lecteurs il y a des curieux qui, dans les prochains mois, désirent savoir où j’en suis, le plus simple sera de me contacter par le formulaire ou l’adresse mail visibles en page d’accueil. Je vous répondrai avec plaisir.

En attendant un éventuel retour dans un avenir plus radieux, je ferme la boutique et baisse le rideau avec une touche de grâce et de beauté que, je l’espère, vous saurez apprécier : une toile de Rembrandt datée de 1626, représentant le héros Palamède face au roi Agamemnon pendant la Guerre de Troie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s