D’Ur, de Memphis et de Sodome

Sansdonjon

Nouvelle parue dans le recueil « Sans Donjon ni Dragon », mars 2016

Alors qu’ils font route vers le village de Bethléem où les attend un nouveau-né voué à changer la face du monde, trois Mages venus d’Orient s’égarent de nuit dans d’inquiétantes ruines. Quelle est donc cette cité morte ? Et qui sont ses mystérieux habitants ?

Cette nouvelle a été écrite fin 2012, dans l’optique de répondre à l’appel à textes des éditions Argemmios consacré aux mythes du Croissant Fertile. Cela faisait quelque temps que j’avais envie de mettre en scène les Rois Mages dans l’un de mes écrits. Mais comment trouver un angle d’approche original sur des personnages dont le rôle semble à ce point figé ? L’exemple à suivre m’a été donné par Michel Tournier, qui dans son roman « Gaspard, Melchior et Balthazar », a su revisiter de manière magistrale le mythe. J’ai donc osé, à mon tour, créer mes propres Rois Mages qui, je l’espère, surprendront le lecteur. Et si « D’Ur, de Memphis et de Sodome » n’a finalement pas été retenue pour figurer dans l’anthologie à laquelle elle était destinée, cela m’a permis de lui offrir une place parmi les nouvelles inédites de mon recueil « Sans Donjon ni Dragon ».

Boire l’éternel oubli

Sansdonjon

Nouvelle parue dans le recueil « Sans Donjon ni Dragon », mars 2016

Au cours d’un voyage en Grèce, un jeune Français s’égare dans les montagnes de Béotie. On prétend qu’à cet endroit coule le Léthé, le fleuve de l’Oubli. Lorsqu’il croise la route d’une étrange jeune fille qui semble surgie de l’Antiquité, notre héros s’aperçoit qu’en Grèce les anciens mythes appartiennent peut-être encore à la réalité…

Cela faisait un certain temps que j’avais envie d’écrire une nouvelle mettant en scène les Danaïdes, ces cinquante sœurs condamnées à remplir un tonneau sans fond pour avoir assassiné leur époux, mais je ne trouvais pas d’angle d’approche satisfaisant. En 2012 je suis tombé par hasard sur « Aux portes des Enfers » d’Alain Nadaud, une lecture très intéressante qui m’a donné à la fois le cadre de mon histoire (la Béotie où coule une rivière assimilée au Léthé) et son titre, qui est une citation de « L’Enéide » dans son édition de 1825 ; comme dernier ingrédient j’ai ajouté le Chateaubriand de l’Itinéraire de Paris à Jérusalem qui en est devenu le narrateur. Achevée durant l’été 2013, cette nouvelle n’avait jamais été proposée à aucun éditeur avant d’être sélectionnée pour faire partie de « Sans Donjon ni Dragon ».