Quatre cavaliers

SigneNouvelle publiée dans l’anthologie « Ce signe apparu en ville » aux éditions Val Sombre, novembre 2014

Rééditée dans le recueil « Sans Donjon ni Dragon » aux éditions Nestiveqnen, mars 2016

Jourget, Marquet, Troupet et Crouzet sillonnent à moto les routes du Sud de la France afin d’accomplir la même mission depuis des temps immémoriaux : apporter les pluie, le vent et la grêle entre les derniers jours d’avril et les premiers jours de mai. Mais cette année les Hautes Sphères semblent caresser d’autres projets… Les quatre cavaliers seront-ils relégués au rayon des souvenirs ?

Avant d’habiter dans le Sud, je n’avais jamais entendu parler des saints cavaliers, qui en faisant tomber de fortes pluies au printemps offrent un sujet de conversation tout trouvé à cette période de l’année. Leur image s’est télescopée dans mon esprit avec celle des cavaliers de l’Apocalypse, notamment ceux de Terry Pratchett et Neil Gaiman dans l’hilarant « De bons présages », qui opèrent à moto. Cela m’a donné envie d’écrire cette nouvelle au printemps 2013, et j’ai tâché de la faire coller au thème d’un appel à textes lancé à ce moment-là, sur le thème pas forcément facile à traiter du « Signe ». C’est pourquoi mes quatre cavaliers sont des motards qui voient arriver leur fin prochaine sous la forme d’un signe mystérieusement apparu dans le ciel…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s